Quelle perception les actifs des 21 plus grandes villes françaises ont-ils de leur lieu de vie ? Le jugent-ils attractif ? Pour la quatrième édition de l’enquête sur l’attractivité des villes, HelloWork, le leader français de l’emploi, du recrutement et de la formation sur internet, en partenariat avec le cabinet Hays – cabinet de recrutement spécialisé – ont interrogé 2 383 actifs issus des principales métropoles françaises sur leur ressenti concernant leur lieu de résidence.

Coût de la vie, qualité des infrastructures, transports, qualité de vie, dynamisme économique, marché de l’emploi… Quelles villes sont aujourd’hui les plus attractives selon leurs habitants ?

 

Lyon, métropole la plus attractive, l’Ouest toujours bien classé

 

Lyon fait cette année son grand retour à la tête du classement des métropoles les plus attractives. Si la cité rhodanienne était arrivée en tête du palmarès lors de la première édition en 2018, elle était auparavant détrônée par Rennes deux années de suite. Elle devance ainsi la métropole bretonne et Nantes (2ème en 2020), qui se classent désormais 2ème et 3ème, suivies de Toulouse, à la 4ème position. Les régions de l’Ouest et l’Est sont les mieux placées dans ce classement, puisque Brest est 6ème (5ème en 2020), et Tours 8ème. Malgré la chute de Strasbourg à la 7ème place (3ème en 2020), la région Est voit, quant à elle, Metz faire son entrée dans le top 5 (non sondée l’an passé). A noter, Clermont-Ferrand qui fait une entrée remarquée dans ce palmarès à la 9ème position, suivie de Bordeaux qui clôt ce top 10.

 

Nantes, ville à l’économie dynamique

Les métropoles les plus attractives sont celles qui ont réussi à bien se positionner sur la majorité des critères. Les points forts de chaque métropole varient selon les critères, qu’ils soient économiques ou relatifs à la qualité de vie.

Ainsi, certaines villes se distinguent grâce à leurs critères économiques. C’est le cas de Lyon, que ses habitants placent parmi les meilleures à la fois en termes de dynamisme économique (3ème), de marché de l’emploi (3ème) et de qualité des infrastructures (1ère). Nantes se hisse à la première place en termes de dynamisme et du marché de l’emploi, tandis que Rennes figure parmi le top 5 sur ces deux critères mais également sur la qualité de ses infrastructures.

A noter que Paris ne figure que dans deux top 10 : l’attractivité de son marché de l’emploi et son dynamisme économique. En cause notamment, un coût de la vie trop élevé dans la capitale.  Saint-Etienne reste la ville la plus abordable, devant Brest et Clermont-Ferrand. Sans surprise, les villes moyennes dominent le classement de l’attractivité en matière de coût de la vie.

 Metz, Clermont-Ferrand et Tours, top 3 des villes où il fait bon vivre

La qualité de vie est un critère déterminant pour choisir son lieu de résidence, accentué notamment depuis 2 ans par le contexte sanitaire. Ainsi, Metz, cinquième du classement général, se classe dans cette catégorie à la première place. Clermont-Ferrand et Tours, pourtant absentes du top 3 des métropoles les plus attractives se positionnent sur ce critère à la 2ème et 3ème place.

Si Nice, Montpellier et Brest sont reconnues pour la qualité de leurs loisirs, Strasbourg est à nouveau distinguée pour ses équipements liés à la mobilité douce, de même que Grenoble et Nantes. Paris est la grande absente des classements par critères d’attractivité.

Toutefois, l’image extérieure ressentie par les habitants d’une ville n’est pas nécessairement synonyme d’une bonne qualité de vie, comme en témoignent Bordeaux et Nice qui se classent à la 2ème et 3ème place pour la beauté de leur ville alors qu’elles sont dans le ventre mou du classement en matière d’attractivité réelle.

 

Nantes, Lyon et Paris fortement recommandées pour les opportunités de carrière

La possibilité de faire carrière ne pousse pas à la recommandation. Pourtant 8ème du classement général, Tours est la ville la plus recommandée par ses habitants à une personne souhaitant changer de région (79%), devançant Lyon et Toulouse (78%) égalité à la deuxième place et Rennes (77%), quatrième. Strasbourg chute et se classe à la 5ème place, alors qu’elle était deuxième en 2020. La capitale perd de nouveau quelques points cette année (34% vs 37% en 2020) et les Parisiens recommandent de moins en moins leur ville, malgré un bassin de l’emploi dynamique. Paris conserve ainsi sa place dans le top 3 des villes qui offrent des bonnes opportunités de carrière, toutefois derrière Nantes et Lyon.

 

Un impact déterminant de la Covid-19 sur les envies de mobilité à Paris, Nice et Toulouse

Les habitants des métropoles ont tous été durement impactés par la crise sanitaire, notamment du fait des confinements et des répercussions sur le marché de l’emploi, ce qui a eu pour effet une augmentation des envies de mobilité chez nombre d’entre eux. Le constat est sans appel : les 7 villes où la remise en question est la plus forte sont celles qui dénombrent le plus d’habitants. C’est particulièrement le cas du côté des Parisiens (72%), des Niçois (56%) et des Toulousains (52%). En revanche, l’impact est moins fort pour les Nancéiens (49%) et les Montpellierains (48%).

 

Méthodologie : Enquête réalisée en ligne du 3 octobre au 10 décembre 2021 auprès d’un panel de 2 383 actifs habitant dans les 21 métropoles citées.